Envoyer à un ami
     
A  
Votre mail  
Sujet  
Message  
   
Votre message a bien été envoyé !
Accueil > Qui sommes nous ? > Sites de mesures
Sites de mesures

Historique

Historiquement, la surveillance de la qualité de l’air s’est bâtie autour d’un réseau fixe de mesures permanentes et continues, pour la plupart automatisées. L'intérêt est de pouvoir disposer d'une mesure en temps réel 24h sur 24h, et le cas échéant d'alerter la population, les pouvoirs publics ou les industriels.

Polluants les plus classiques

Du fait de la grande variété de polluants contenus dans l’air et de l’impossibilité de les suivre tous en routine, il est nécessaire d'effectuer un choix de polluants indicateurs de la pollution atmosphérique d'origine industrielle, automobile, photochimique...

Les plus classiques sont les suivants :

  • le dioxyde de soufre (SO2)
  • les oxydes d'azotes (NOx, comprenant le NO, monoxyde d'azote et le NO2, dioxyde d'azote)
  • l'ozone (O3)
  • les particules en suspension (PM10 et PM2.5)

Les stations

L’implantation des stations de mesures répond à des critères nationaux afin de pouvoir comparer les données d’une ville à une autre.

Différentes typologies sont ainsi définies :

  • Les stations "Urbaines"
    Elles représentent l'air respiré par la majorité des habitants d’une agglomération.Elles sont placées en ville, hors de l'influence immédiate et directe d'une voie de circulation ou d'une installation industrielle.
 
  • Les stations de " Trafic "
    Elles représentent l'exposition maximale sur les zones soumises à une forte circulation routière.
 
  • Les stations "Périurbaines"
    Elles représentent l'exposition maximale à la pollution secondaire en zone habitée, sous l'influence directe d'une agglomération.
 
  • Les stations "industrielles"
    Elles représentent l'exposition maximale sur les zones soumises directement à une pollution d'origine industrielle.
 
  • Les stations "rurales"
    Elles représentent au niveau régional ou national la pollution des zones peu habitées.
 
  • Les stations "d'observation"
    Elles ne répondent pas aux critères des stations précédentes. Mais elles sont utiles à la compréhension des phénomènes de pollution étudiés.
AV HAP

Autres moyens d'investigations

En plus du réseau de stations fixes précédemment décrit, Atmo Normandie dispose d’autres moyens d’évaluation.
On peut citer, de façon non exhaustive :

  • l’utilisation d'analyseurs et préleveurs mobiles,
  • la sollicitation d’un réseau de nez formés à l’identification des odeurs (Le Langage des Nez®),
  • l’estimation à l’aide de la modélisation et de techniques statistiques,
  • la constitution d’une base de données régionales des émissions Air Climat Energie…