Envoyer à un ami
     
A  
Votre mail  
Sujet  
Message  
   
Votre message a bien été envoyé !
Accueil > Langage des Nez > Méthode
Méthode

Qu’est-ce que Le Langage des Nez® ?
langagenez-rogné

Il s’agit d’un apprentissage pour pouvoir décrire tout type d’odeurs perçues par le nez. Cette éducation permet d’acquérir un langage collectif qui peut donc être partagé. Une description précise, objective et répétable entre individu devient possible, et ceci pour tout type d’odeurs – environnementale, cosmétique ou alimentaire… 

Le Langage des Nez® est un outil pour décrypter notamment des émissions odorantes, à la source ou dans l’environnement. Il se pratique aisément par des populations riveraines, des salariés d’entreprise, des associations de surveillance de la qualité de l’air, des experts de bureaux d’études... 

Le Langage des Nez ® s’appuie sur un référentiel chimique.

Un référentiel odorant de base, ou « socle », a été défini avec  24 référents odorants positionnés dans un espace en 3 dimensions. Cet espace s’organise autour de « noyaux » aux caractéristiques odorantes marquées. Un référent est plus ou moins proche d’un noyau en fonction des similitudes odorantes avec celui-ci. A l’inverse, il s’en éloigne et peut tendre vers un autre noyau si ce référent possède plusieurs « facettes » odorantes.

Le socle :

lesocle2

Comme pour tout référentiel, des détails peuvent être ajoutés. Ainsi aux couleurs primaires peuvent être ajoutées des couleurs secondaires et des nuances comme par exemple le turquoise ou le bordeaux. Il en est de même pour le socle du Langage des Nez ®. 3 zooms ont d’ores et déjà été définis permettant d’affiner les relevés olfactifs lorsque des notes odorantes sont fréquemment rencontrées, en lien avec l’activité en question : raffinage et pétrochimie, traitement de l’eau et des déchets, agroalimentaire.

Exemple : Zoom raffinage et pétrochimie

zoom

Pour se former

4 niveaux d’apprentissage ont été déterminés en fonction des besoins associés . La signature d’un contrat de licence de marque (gratuite) est demandée dès un niveau 3.

Niveau Public Durée de formation Objectifs généraux
Niveau 1
Sujet initié 
Tout public 10 h Déceler un incident odorant et alerter de façon réactive et objective.
Niveau 2
Sujet qualifié
Jury de Nez 32 h Utiliser le référentiel odorant mémorisé pour caractériser des ambiances odorantes.
Niveau 3
Expert spécialisé
Entreprises, AASQA, Bureaux d'études, Laboratoires d'essai... Niveau 2
+ 14 h
Utiliser des protocoles d'analyse olfactive adaptés au suivi des odeurs sur un secteur d'activité.
Niveau 4
Grand expert
AASQA, Bureaux d'études, Laboratoires d'essai... Niveau 2
+ 28 h
Réaliser des expertises olfactives sur plusieurs secteurs d'activité à la demande des entreprises, des collectivités, des ASSQA.
+ Formateurs

Pour tout renseignement complémentaire, appeler Atmo Normandie au 02 35 07 94 30

Historique : pourquoi Atmo Normandie en est arrivé au Langage des Nez ® ?

Atmo Normandie est depuis longtemps confronté aux problèmes d’odeurs. Elle est notamment régulièrement sollicitée par les particuliers qui signalent leur gêne liée à de « mauvaises » odeurs. 

baierouges

Une baie rouge n’est pas forcément toxique. Pour savoir si ces fruits sont comestibles, le critère de la couleur n’est pas suffisant. Il en est de même pour les odeurs : une mauvaise odeur, ou une bonne, ne signifie pas que le produit est toxique ou ne l’est pas.

Les molécules odorantes sont de natures variées et peuvent « parfumer » de grands volumes d’air tout en restant à de faibles concentrations. Aucun appareil de mesure n’existe à ce jour pour suivre dans l’environnement une telle gamme de molécules.
Seul le nez humain est capable de les détecter simultanément et ceci à des seuils très bas.

.
Déjà en 1991, Atmo Normandie avait fait appel à des « nez » soient 370 bénévoles habitant l’estuaire de la Seine, pour humer l’air tous les jours et noter leur gêne (c’était « l’Opération Cyrano »).
De « moyennement » ou « fortement » à « pas du tout » gênants, les résultats ont permis de mettre en avant 26 entreprises sources d’odeurs.
La Direction Régionale de la Recherche et de l’Environnement (DRIRE) a ensuite incité ces sites à travailler sur le thème des odeurs.
800 millions de Francs ont ainsi été investis jusqu’en 1998.
cartoncyrano

.

.

Nous n’aimons pas tous les mêmes couleurs, nous les percevons peut-être légèrement différentes selon notre vue.
Il en est de même avec les odeurs : nous n’apprécions pas les mêmes odeurs et nous avons des seuils de perceptions pouvant être différents.
PALETTE
Contrairement aux couleurs que nous avons apprises dès la maternelle, nous ne savons pas décrire une odeur. Nous procédons par comparaison en recherchant dans notre mémoire dans quelle situation une odeur similaire a été rencontrée : on parle d’évocation personnelle, plus ou moins facilement partageable en fonction du vécu de chacun.

.

.

logonez1
En 1997, Atmo Normandie participe aux côtés de la mairie de Grand-Couronne à la mise en place d’une autre opération : « Dis-moi ce que tu sens ? » autour d’une usine de trituration de colza et de tournesol (Saipol).
Le travail ne consiste plus à noter la gêne mais à « mesurer » les odeurs.
Toujours avec l’aide du nez d’habitants bénévoles. Ceux-ci sont formés à la reconnaissance des odeurs en nature et intensité.
C’est le début de l’histoire des Nez Normands…

Forts de leur succès, les Nez Normands sont devenus de plus en plus nombreux, couvrant d’autres secteurs géographiques concernés par des nuisances odorantes.

Le travail de ces habitants permet :

  •  de connaître le « paysage olfactif » du secteur étudié,
  •  de comparer les odeurs perçues par les populations riveraines avec celles recensées sur le ou les sites émetteurs,
  •  d’établir des pistes d’interventions prioritaires pour la réduction des nuisances,
  •  de mesurer l’impact dans l’environnement des traitements d’abattements d’odeurs mis en place…

L’objectif final, commun à tous les partenaires (sites émetteurs d’odeurs, communes, administration, associations…) est d’arriver à une diminution des odeurs. Objectif qui se mesure objectivement avec les « Nez Normands».

Pour en savoir plus et prendre connaissance de résultats concrets voir les 2 onglets suivants : Résultats et Publications.